Sélectionner une page

Chaque équipe possède de solides atouts qui méritent d’être exploités comme leviers motivationnels. En jeu : les résultats (à la hausse ou à la baisse) du collectif. ʺDès lors qu’il est conscient des caractéristiques de son équipe, un manager peut activer tel ou tel levier pour maintenir ou entretenir la motivation collective et améliorer la performance de l’équipeʺ explique Arnaud Trenvouez, Ingénieur R&D chez PerformanSe.

Dans notre article « LES 4 GRANDES MOTIVATIONS D’ÉQUIPE EN ENTREPRISE« , PerformanSe révélait les caractéristiques et motivations des 4 styles d’équipe : les « méthodiques », les « compétitives », les « affinitaires » et les « agiles ». Zoom sur les leviers motivationnels de chacune d’entre elles.

Equipe méthodique : conduire le changement avec méthode

Pour motiver une équipe ultra-rigoureuse, rien de tel que l’organisation de points d’organisation réguliers. Car la récurrence des process et le respect des règles agissent généralement comme un vecteur de performance. Lorsque des conflits émergent au sein du groupe, mieux vaut les désamorcer d’emblée à travers des séances d’analyse collective. Objectif : décrypter méthodiquement les points de vue de chaque collaborateur. Idem pour la conduite du changement : plutôt que d’imposer une nouveauté aux forceps au risque de créer des frustrations contreproductives, pourquoi ne pas appréhender le changement comme une démarche méticuleuse à construire collectivement ?

Equipe compétitive : favoriser la responsabilité individuelle au service du collectif

La motivation n°1 d’une équipe dite compétitive, c’est le challenge. Le manager doit donc entretenir la flamme de la compétition à travers des objectifs non seulement explicites mais aussi ambitieux – sans quoi il risque de plomber l’enthousiasme collectif. Dans ce style d’équipe, il est crucial de laisser à chacun la possibilité de s’exprimer individuellement et de débattre – tout en évitant à tout prix les réunions à rallonge. L’enjeu : mettre l’expression individuelle au service de la responsabilité collective dans le cadre de stand-up meetings, par exemple.

Equipe affinitaire : miser sur le travail en mode projet

Dans ce style d’équipe, l’interdépendance est une condition sine qua non de la performance. L’erreur consisterait à vouloir cloisonner les tâches ou les espaces de travail. Puisque les « affinitaires » aiment travailler en groupe, le manager doit s’efforcer de faciliter les conditions de collaboration et d’échange pour la réalisation de projets et l’atteinte des objectifs. L’enjeu est de veiller au maintien des relations affinitaires, tout en instaurant une ambiance de travail productive par une posture exemplaire.

Equipe agile : encadrer l’inventivité

L’ennui est le pire ennemi des équipe agiles. Hors de question de les cadenasser dans des process figés : il faut au contraire leur donner les moyens d’improviser en favorisant les méthodes itératives. Quitte d’ailleurs à tolérer l’échec. Pour nourrir leur appétit créatif, le manager peut aussi encourager l’usage de maquettes ou de solutions collaboratives.

Pour conclure, il est important pour tout manager de prendre en compte le style motivationnel de son équipe. C’est une manière de contrer plus aisément des phénomènes robustes et plus complexes à maitriser. Par exemple, en psychologie sociale, le phénomène de « paresse sociale », mis en évidence par Ringelmann, correspond à une diminution de la motivation car chacun va tendre à diminuer ses efforts. Ou inversement celui de « facilitation sociale » mis en évidence par Triplett, où c’est la simple présence des autres qui accentue la motivation.

Découvrez quel est le style de votre équipe et comment entretenir sa motivation, en téléchargeant le guide PerformanSe !

Guide des motivations d'équipe
Nom
Prénom

 

Share This